Leçon 5 Problèmes de nutrition

La nutrition est essentielle au développement et à la croissance des enfants et à leur santé.

  • Fruits et légumes
  • Grains entiers
  • Produits laitiers sans gras et faibles en gras
  • Aliments riches en protéines
  • Huiles
  • “À l’échelle mondiale, en 2020, on estimait que 149 millions d’enfants de moins de 5 ans souffraient de retard de croissance, que 45 millions souffraient d’émaciation et que 38,9 millions souffraient d’embonpoint ou d’obésité.”
  • « Environ 45 % des décès entre enfants de moins de 5 ans sont liés à la dénutrition. Ceux-ci se produisent principalement dans les pays à revenu faible et intermédiaire. En même temps, dans ces mêmes pays, les taux de surpoids et d’obésité chez les enfants augmentent.»

Source: https://www.pexels.com  

Malnutrition

La malnutrition comprend les carences, les excès ou les déséquilibres dans l’apport d’énergie et/ou de nutriments d’une personne. Il existe trois principales formes de malnutrition :

  • Sous-alimentation, qui comprend l’émaciation (faible poids pour la taille), le retard de croissance (faible taille pour l’âge) et l’insuffisance pondérale (faible poids pour l’âge)
  • Malnutrition liée aux micronutriments, y compris carences en micronutriments (manque de vitamines et de minéraux importants) ou excès de micronutriments 
  • Surpoids, obésité et MNT liées à l’alimentation (comme les maladies cardiovasculaires, le diabète et le cancer).

Le retard de croissance est dû à une malnutrition chronique dans la petite enfance. Les enfants qui souffrent de retard de croissance peuvent ne jamais atteindre leur pleine taille ni leur plein développement cognitif.  

L’émaciation est une affection qui met la vie en danger et qui est causée par un mauvais apport en nutriments ou une maladie. Une baisse rapide du niveau nutritionnel est observée sur une courte période de temps qui caractérise ce syndrome. En outre, l’émaciation des enfants affaiblit le système immunitaire des enfants, donc ils sont plus sujets aux infections.  

Le surpoids est généralement le résultat d’un mode de vie malsain, dont la consommation d’aliments transformés et le manque d’activité physique sont les facteurs de risque les plus importants.

Comme nous l’avons mentionné dans les leçons précédentes, certaines populations sont plus vulnérables aux problèmes nutritionnels en raison de leurs conditions de vie.

Les anomalies de croissance sont fréquentes chez les enfants réfugiés/migrants à la fois sous-alimentation (émaciation et retard de croissance) et le surpoids et l’obésité.

  • Anémie
  • Thalassémie
  • Déficit en glucose-6-phosphate déshydrogénase
  • Carences en micronutriments comme le fer, la vitamine D, la vitamine B12, la vitamine A, le zinc, l’iode, la vitamine B3 (niacine), le tryptophane, la vitamine B1 (thiamine)

L’anémie (qui peut être considérée comme une mesure du statut de micronutriments) est répandue chez les enfants migrants. 

La carence en vitamine D est fréquente dans cette population en raison de l’apport limité en vitamine D et du manque d’exposition au soleil. La malnutrition peut entraver la croissance des enfants et entraîner des maladies comme la diarrhée et les maladies respiratoires qui sont associées à des taux de mortalité plus élevés chez les enfants. 

D’autre part, en particulier, pendant les premières années de l’immigration, le stress excessif, le changement des habitudes alimentaires, l’adoption du mode de vie occidental et les croyances et les valeurs culturelles posent des enfants migrants plus à risque d’obésité.

La malnutrition a également été associée à un faible SSE, l’insécurité alimentaire étant inversement corrélée au revenu familial. 

En outre, une faible SSE a été associée à une consommation plus faible d’aliments sains. Plus précisément, on a observé une consommation plus faible de fruits et légumes et une consommation plus élevée d’aliments à haute densité énergétique. Ceci est attribué au fait que les aliments à haute densité énergétique ont tendance à coûter moins cher que les aliments sains, c’est pourquoi les parents qui luttent économiquement sont poussés à choisir l’option malsaine.